Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
loading ...

Les médias sont-ils dangereux

​Comprendre les mécanismes de l’information

Hors-série le « 1 »


Le « 1 », hebdomadaire original et riche de réflexion, publie un hors-série qui analyse les mécanismes de l'information et la manière dont les nouveaux médias influent sur la société.


Eric Scherrer souligne que l'information est d'abord consommée sur Internet et sur mobile. Il y a en France 30 millions d'utilisateurs de Facebook qui est devenu le kiosque mondial de l'information. 


Mais quand on s'informe sur Facebook il faut savoir que c'est l'algorithme qui choisit les informations en fonction des publics, qui place telle information dans votre fil d'actualité, en fonction de vos gouts, de vos centres d'intérêts, de vos « likes ». 


Avec les data, la captation éclair de mes données permet à la machine d'anticiper mes choix, mes comportements et de me proposer des offres. Le philosophe Bernard Stiegler souligne que l'apport est foncièrement toxique et avilissant. Ce système qui nous incite à nous exprimer en postant photos et commentaires parait au départ à notre service. 


Mais « je découvre que je suis au contraire au service du réseau, que je me plie à lui. Les plateformes nous font produire des traces modélisées et formatées en vue d'être calculables. » Selon le philosophe, « à la différence de Google, Facebook ne produit aucune valeur ajoutée d'usage.  Avec Google j'augmente ma productivité,» alors que Facebook au contraire détruit massivement les relatons sociales. Le système prétend créer des communautés, alors qu'en fait il les utilise et les manipule. 


C'est d'autant plus préoccupant que, comme le souligne Yves Eudes, ce mouvement est d'une ampleur inédite. Il a réussi à capter 1,7 milliard de personnes dans le monde. L'extrême diversité des usages possibles est impressionnante : messagerie, bibliothèque, journal, boîte à musique ou à photos. Gilles Babinet pose la question fondamentale : Facebook permet-il de mieux comprendre l'autre ? Nous donne-t-il les outils pour développer notre esprit critique ? Pour cet expert, Facebook est souvent un défouloir. Il ne s'y construit que peu de débats dialectiques.


Avec ces moyens  l'humanité entre dans sa troisième phase, anthropologique. Il y a eu d'abord l'homme préhistorique, avec une faible capacité à concevoir le monde. Ensuite, deuxième âge, Sumer inventa la cité, la civilisation, le langage, les codes religieux, les lois, les contraintes permettant le vivre ensemble « 6.000 ans plus tard Facebook en choisissant ce que nous pouvons observer sur notre page principale soumet l'humanité à de nouvelles normes et modèle notre vision du monde beaucoup plus que nous le pensons. » 

Mais Facebook n'est qu'un outil. S'il peut servir les pires rumeurs, il a aussi le pouvoir de nous « augmenter, de créer des opportunités économiques, de nous faire vivre en meilleure santé en multipliant les interactions pertinentes. »


 pour aller plus loin sur les médias sont-ils dangereux

Source : Observatoire des Relations Economiques et Sociales - 34 rue Guillaume Tell 75017 Paris


Retour aux actualités