Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
loading ...

Attention au crédit d'heures de vos Délégués syndicaux

​Parmi les différentes mesures de la Loi Travail certaines sont d'ores et déjà d'application.

C'est notamment le cas du crédit d'heures des délégués syndicaux et de la section syndicale​.

L'article L. 2143-13 du Code du travail dispose ainsi dorénavant :

"Chaque délégué syndical dispose d'un temps nécessaire à l'exercice de ses fonctions.

Ce temps est au moins égal à :

1° Douze heures par mois dans les entreprises ou établissements de cinquante à cent cinquante salariés ;

2° Dix-huit heures par mois dans les entreprises ou établissements de cent cinquante et un à quatre cent quatre-vingt-dix-neuf salariés ;

3° Vingt-quatre heures par mois dans les entreprises ou établissements d'au moins cinq cents salariés.

Ce temps peut être dépassé en cas de circonstances exceptionnelles.
(...)"


L'article L. 2143-16 stipule quant à lui :

"Chaque section syndicale dispose, au profit de son ou ses délégués syndicaux et des salariés de l'entreprise appelés à négocier la convention ou l'accord d'entreprise, en vue de la préparation de la négociation de cette convention ou de cet accord, d'un crédit global supplémentaire dans la limite d'une durée qui ne peut excéder :

1° Douze heures par an dans les entreprises d'au moins cinq cents salariés ;

2° Dix-huit heures par an dans celles d'au moins mille salariés".


La loi est venue aussi préciser la façon dont les représentants du personnel qui sont au forfait jours doivent voir leur crédit d'heures décompté en indiquant que "sauf accord collectif contraire, le crédit d'heures est regroupé en demi-journées qui viennent en déduction du nombre annuel de jours travaillés fixé dans la convention individuelle du salarié. Une demi-journée correspond à quatre heures de mandat. Lorsque le crédit d'heures ou la fraction du crédit d'heures restant est inférieur à quatre heures, le représentant du personnel en bénéficie dans des conditions définies par un décret en Conseil d'Etat"
Retour aux actualités